Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

samedi 28 février 2015

Psychiatrie : une branche entière de la science s’avère fausse

psychiatrie
« La ‘Compagnie de manufacture de la Réalité’ ne fait pas que décider du passé, du présent et du futur de la consommation des masses. Elle explique pourquoi les choses sont ce qu’elles sont. Elle se nomme elle-même le maître d’attribution des causes, le roi de la cause et de l’effet ». (The Underground, Jon Rappoport)
Les adeptes de la science supposent souvent que ce qu’on nomme science est réel et vrai. C’est obligatoire. Sinon, leur foi est brisée. Leur compréhension superficielle est fracassée. Leur « vision supérieure » du monde est torpillée.
Ces gens choisissent d’attaquer des cibles « anti-science » non officielles. Ils ne pensent jamais à inspecter l’énorme fraude dans leur propre maison.
Par exemple : la psychiatrie.
Le secret de polichinelle s’est lentement répandu dans la conscience du public depuis dix ans.
IL N’EXISTE AUCUN TEST DÉFINITIF DE LABORATOIRE POUR CE QU’ON NOMME TROUBLE MENTAL.
Et en plus :
TOUS LES TROUBLES MENTAUX SONT INVENTÉS, NOMMÉS, ÉTIQUETÉS, DÉCRITS ET LISTÉS par un comité de psychiatres, à partir d’un éventail de comportements humains.
Leurs découvertes sont publiées dans les éditions périodiquement mises à jour du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux [en anglais The Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM)], édité par l’Association de Psychiatrie Américaine.
Pendant des années, même des psychiatres ont dénoncé ce procédé flou et insensé de « recherche ».
Les sociétés pharmaceutiques qui fabriquent des médicaments éminemment toxiques pour traiter chacun de ces « troubles » caracolent bien sûr en tête pour inventer de plus en plus de catégories dans la santé mentale, pour pouvoir vendre encore plus de drogues et gagner toujours plus d’argent.
Mais voilà un rebondissement extraordinaire. Passé inaperçu, l’une des plus grandes vedettes de la psychiatrie, qui se trouvait au premier rang pour l’invention de troubles mentaux, a parlé. Il s’est dénoncé lui-même et a dénoncé ses confrères. Et pendant plusieurs années, presque personne ne l’a remarqué.
Son nom est Dr Allen Frances, et il a fait de TRÈS intéressantes déclarations à Gary Greenberg, auteur d’un article de Wired : « Au cœur de la bataille pour définir la maladie mentale » (27 décembre 2010)
Les grands médias n’ont jamais relevé l’interview de manière sérieuse. Cela n’est jamais devenu un scandale.
Le Dr Allen Frances est l’homme qui, en 1994, était à la tête du projet de rédaction de la dernière édition de la bible psychiatrique, le DSM-IV. Ce tome définit et étiquette et décrit chaque trouble mental officiel. Le DSM-IV en a finalement énuméré 297.
Dans un article du 19 avril 1994 du New York Times, « Scientifiques au travail », Daniel Goleman a dit de Frances qu’il était « peut-être le psychiatre le plus puissant d’Amérique à l’époque… »
C’est sûr. Si c’est vous qui sculptez l’intégralité du canon des troubles mentaux à diagnostiquer pour vos confrères, les assureurs, le gouvernement, Big Pharma (qui vendra les médicaments correspondant aux 297 diagnostics du DSM-IV), on vous élève au panthéon.
Longtemps après que le DSM-IV soit parti à l’impression, le Dr Frances a parlé à Greenberg du magazine Wired et a dit la chose suivante :
« Il n’existe pas de définition d’un trouble mental. C’est de la « connerie ». Je veux dire qu’il est impossible de le définir ».
BANG.
Après une nécessaire pause, le Dr Frances a fait la remarque suivante, « Ces concepts (de troubles mentaux distincts) sont virtuellement impossibles à définir avec exactitude par de nettes démarcations ».
Frances aurait dû mentionner le fait que son bébé, le DSM-IV, avait réarrangé de manière non scientifique les précédentes définitions du trouble du déficit de l’attention et du bipolaire pour permettre de nombreux autres diagnostics, conduisant à une immense accélération du dosage des médicaments avec des composants hautement puissants et toxiques.
Finalement, à la fin de l’interview de Wired, Frances termina par une bizarre envolée :
« Le diagnostic (tel que défini dans le DSM-IV) appartient à la magie…vous savez, ces cartes du Moyen-Âge ? Aux endroits où on ne savait pas ce qui se passait, on écrivait ‘Les dragons vivent ici’…nous avons un monde de dragon ici. Mais pas question de se retrouver sans carte ».
Traduction : les patients ont besoin d’espoir pour la guérison de leurs troubles ; donc même si nous psychiatres faisons semblant de différentier un type de trouble mental d’un autre, même si nous inventons ces définitions de troubles mentaux basés sur des tests diagnostics ni biologiques ni chimiques – c’est une bonne chose, parce que les patients y croiront alors et espéreront ; ils auront de l’espoir parce que les psychiatres mettront un nom sur leurs problèmes…
Nul besoin de préciser que cela n’a rien à voir avec de la science.
Voici une preuve irréfutable sous la forme d’une déclaration faite par un éminent expert en santé mentale, lors d’un épisode de la série documentaire PBS « Frontline » [en première ligne]. L’épisode s’intitulait : « Le trouble de déficit de l’attention existe-t-il ? »
L’interviewer de Frontline : les sceptiques disent qu’il n’existe pas de marqueur biologique – que le trouble de déficit de l’attention est la seule situation où il n’y a pas de test sanguin, et que personne ne sait ce qui le cause.
Barkley (le Dr Russel Barkley, professeur de psychiatrie et de neurologie à l’université du centre médical du Massachusetts) : C’est extrêmement naïf et montre une bonne dose d’ignorance concernant la science et les professions de santé mentale. Un trouble n’a pas besoin de test sanguin pour être valide. Si c’était le cas, tous les troubles mentaux seraient invalides…Il n’y a à l’heure actuelle aucun test de laboratoire pour troubles mentaux dans notre domaine. Cela ne les rend pas pour autant invalides.
Sans le vouloir, le Dr Barkley a fait une terrible dénonciation de sa propre profession.
Renvoyons donc le Dr Barkley à l’école. La science médicale, et la recherche des maladies en particulier, repose sur la notion qu’on peut faire un diagnostic en s’appuyant sur des examens de laboratoire. Si on ne peut produire d’examens, on est en pleine fiction.
Cette fiction peut être porteuse d’espoir, elle peut être une « supposition éclairée », elles peut être lancée par les centres traditionnels d’enseignement, elle peut être appuyée par des milliards de dollars de subventions… mais c’est toujours une fiction.
Le Dr Barkley ne fait que dire, « Il n’existe pas d’examen de laboratoire pour les troubles mentaux. Si un examen était une norme de preuve, nous n’aurions pas de scientifique du tout et cela voudrait dire que notre profession toute entière repose sur rien – et c’est impensable, donc les examens n’ont aucune importance ».
Cette logique n’est pas du tout une logique. Cette science n’est pas du tout une science. Barkley démontre sa propre culpabilité. Il ne veut simplement pas l’admettre.
La psychiatrie n’est qu’une tromperie perpétuelle. Sans exagérer beaucoup, on pourrait dire que la psychiatrie est l’opération de profilage la plus répandue dans l’histoire de l’humanité. Son but a été d’emmener partout les humains dans son système. Peu importe sous quelle étiquette est décrite une personne, du moment qu’on y plaque un diagnostic et une prescription de médicaments.
300 soi-disant troubles mentaux causés par …quoi ? Pas de preuve de laboratoire. Pas d’examens de diagnostics. Pas d’examens de sang, de tests de salive, de scanners cérébraux, d’évaluations génétiques. Rien de rien.
Mais les psychiatres continuent d’affirmer qu’ils sont maîtres dans la définition des causes. Ils savent ce qui se cache derrière les « troubles mentaux ». Ils sont responsables.
Qu’en est-il sur l’hypothèse généralisée de « déséquilibre chimique » qui déclare que tous les troubles mentaux proviennent d’un tel déséquilibre dans le cerveau ?
Le Dr Ronald Pies, l’éditeur en chef émérite du Psychiatric Times, enterra cette hypothèse en juillet 2011 dans un article du Times avec ce stupéfiant aveu :
« En réalité, la notion de « déséquilibre chimique » a toujours été une sorte de légende urbaine – jamais une théorie sérieusement avancée par des psychiatres bien informés ».
Boom.
Terminé.
Le problème, c’est que pendant des dizaines d’années la base de recherche sur les médicaments psychiatriques, la prescription de médicaments et les ventes de médicaments a été : « nous corrigeons un déséquilibre chimique dans le cerveau ».
Le problème était que les chercheurs n’ont jamais établi de normes sur l’équilibre chimique. Ils tâtonnaient donc dans le brouillard. Pire, ils inventaient une théorie. En faisant semblant de s’y connaître alors que ce n’était pas le cas.
Dans son article de 2011 du Psychiatric Times, le Dr Pies tente de protéger ses confrères de la profession psychiatrique avec cette stupide remarque :
« Depuis 30 ans, je pense n’avoir jamais entendu un psychiatre éclairé et bien formé émettre une idée aussi ridicule (concernant un déséquilibre chimique dans le cerveau), sauf peut-être pour s’en moquer… l’image d’un ‘déséquilibre chimique’ a été vigoureusement avancée par des sociétés pharmaceutiques, souvent au détriment de la ‘compréhension’ de nos patients. »
Absurde. Premièrement, de nombreux psychiatres ont expliqué et expliquent toujours à leurs patients que les médicaments sont là pour corriger un déséquilibre chimique.
Et deuxièmement, si tous les psychiatres bien formés savaient depuis toujours que la théorie du déséquilibre chimique est une fraude…
… alors pourquoi diable ont-ils prescrits des tonnes de médicaments à leurs patients…
… car ces médicaments sont fabriqués sur le postulat erroné qu’ils corrigent un déséquilibre ?
Les pontes de la psychiatrie sentent le vent tourner. Leur jeu a été dévoilé.
La théorie du déséquilibre chimique est fausse. Il n’y a aucun test physique défini pour chacun des 300 soi-disant troubles mentaux. Tous les diagnostics sont basés sur des éventails du comportement humain. Les médicaments sont nocifs, dangereux, toxiques. Certains induisent de la violence. Suicide, homicide. Certains entraînent des dégâts au cerveau.
Les « psy » doivent donc dégoter un autre modèle de « maladie mentale », une autre arnaque, une autre fraude. Et ils cherchent.
Par exemple, les gènes ajoutés à des « facteurs psycho-sociaux » entraînent des troubles mentaux. Un autre micmac scientifique non prouvé.
« Une nouvelle recherche révolutionnaire sur le fonctionnement du cerveau donne de remarquables résultats et s’avère très prometteuse… » Professionnels des relations publiques et charabia.
Pendant ce temps, le modèle commercial demande à vendre des drogues.
Donc, même si l’ineptie du déséquilibre chimique est discréditée, elle continuera à la manière d’un mort vivant, d’un zombie.
Deux questions ressortent toujours quand j’écris une critique sur la psychiatrie. La première est : les chercheurs en psychiatrie font un travail colossal pour étudier le fonctionnement du cerveau. Ils possèdent des tests.
Oui, des tests expérimentaux. Mais AUCUN de ces tests ne se trouve dans le DSM, la bible de la psychiatrie, en tant que base de définition de tout trouble mental. Si les tests sont concluants, ils seraient proclamés dans le DSM. Ils n’y figurent pas.
La deuxième question est : si tous ces troubles mentaux sont de la fiction, pourquoi tant de gens sont-ils farcis de problèmes ? Pourquoi certaines personnes déraillent ? Pourquoi sont-elles atteintes de folie ?
La liste des réponses potentielles est très longue. Un vrai praticien se focaliserait sur un patient à la fois et tenterait de découvrir ce qui l’a affecté à un degré aussi marqué. Par exemple :
Une carence nutritionnelle sévère. Des colorants toxiques dans les aliments transformés. L’ingestion de pesticides et d’herbicides. De profondes sensibilités à certains aliments. L’ingestion de produits pharmaceutiques toxiques. Des dégâts dévastateurs à la suite de vaccins. Une exposition à des produits chimiques dans l’environnement. De lourdes maltraitances physiques et émotionnelles à la maison ou à l’école. Stress lié au champ de bataille et traumatisme (également présent dans certains quartiers). Blessure antérieure à la tête. Infection chronique. Alcool et drogues de rue. Pauvreté débilitante.
On pourrait ajouter d’autres éléments.
La psychiatrie est : tromperie, fraude, pseudoscience du haut en bas. C’est une fiction complète déguisée en fait.
Mais les adeptes obsédés de la science ont tendance à reculer. Ils ferment les yeux. Si une « branche de connaissance » aussi étendue que la psychiatrie n’est rien d’autre qu’un délire organisé, quel autre aspect de la science pourrait de même parader comme étant la vérité, quand c’est en fait un simple papier emporté par le vent ?

6 remèdes naturels contre le reflux gastrique et les brûlures d’estomac

reflux-gastrique
Le reflux gastrique peut être léger puis devenir chronique dans un très court laps de temps. Il existe des médicaments qui peuvent aider à gérer les symptômes de reflux acide, comme les anti-acides. Cependant, ils ne sont pas nécessaires puisqu’il y a de nombreux remèdes naturels qui sont simples et faciles d’utilisation. De plus, ils sont généralement à base d’aluminium de synthèse.
Les mesures suivantes peut être utilisées pour se débarrasser des reflux acides ainsi que les brûlures d’estomac, un symptôme du reflux acide. Eliminer les aliments déclencheurs va être une grande aide. De plus, dans certains cas, le stress semble être un déclencheur également, alors, essayez aussi de ralentir et de vous relaxer.

1. Le vinaigre de cidre

L’une des causes du reflux gastrique est un excès d’acidité dans l’estomac. Cela peut être causé par une alimentation riche en aliments sucrés, puisque le sucre génère de l’acidité. En buvant 1 à 3 cuillères à soupe par jour de vinaigre de cidre, vous réduirez l’acidité de votre estomac.
Cela peut sembler contre-intuitif de boire quelque chose qui a un goût acide quand on a des problèmes d’acidité. Toutefois, le vinaigre de cidre est alcalinisant parce que le corps n’a pas besoin de produire beaucoup d’acide pour le digérer. Il peut donc neutraliser l’acidité. Si vous buvez du vinaigre de cidre avant les repas, cela peut également aider à commencer la digestion pour un meilleur brassage des aliments et une meilleure absorption. Enfin, le vinaigre de cidre contient des enzymes qui aident à la digestion. Une meilleure digestion, plus lente, contribue à prévenir les reflux acides.

2. Le citron

L’un des nombreux bienfaits du citron est sa capacité à réduire le reflux acide. Le citron, comme le vinaigre de cidre, est alcalinisant, même s’il a un goût acide. Il aide donc à neutraliser l’acidité dans l’estomac. Essayez de boire une cuillère à soupe de jus de citron fraîchement pressé environ 10 mn avant un repas pour aider à prévenir le reflux acide d’une façon ponctuelle. Pour un problème récurrent, prenez simplement une cuillère à soupe de jus de citron dès le lever, une avant le déjeuner et une avant le dîner.

3. Le gingembre

Cette racine vivifiante est une option fantastique pour aider le reflux acide. Mâchez du gingembre (après l’avoir pelé), buvez du thé au gingembre ou encore utilisez des pastilles de gingembre pour en recueillir les bienfaits. Il stimule le système digestif à produire plus d’enzymes et à sécréter plus de bile pour améliorer la digestion. Les aliments qui ne sont pas correctement broyés pendant la digestion peuvent causer une indigestion, c’est pourquoi les enzymes peuvent être extrêmement bénéfiques.

4. L’aloé vera

Cette plante puissante offre une grande variété d’utilisations et c’est le favoris de nombreux herboristes. L’aloé vera est très bénéfique dans le cas de reflux acide, car il peut apaiser les tissus irrités et combattre l’inflammation. L’aloe vera contribue également à la digestion. Mélanger le gel clair et la chair translucide de la feuille d’aloé vera avec du jus d’orange pour faire une boisson saine du petit-déjeuner. Ce mélange peut aider à prévenir le reflux gastrique et peut également soulager les symptômes existants, tels que l’oesophage irrité et inflammé. La partie externe des feuilles contient un puissant laxatif; assurez-vous d’utiliser une formule qui exclut cette partie externe.

5. Les enzymes

Manger beaucoup d’aliments riches en enzymes peut non seulement traiter le reflux acide, mais aussi vous aider à améliorer la digestion et à perdre du poids de façon saine. Les enzymes sont des composés qui aident à la dégradation des aliments. Ceci est très important afin que les nutriments soient absorbés et utilisés.
Les humains fabriquent des enzymes, mais les carences organiques et certains problèmes de santé peuvent conduire à un déficit de la production d’enzymes. Manger des aliments riches en enzymes peut aider le reflux gastrique. Les aliments riches en enzymes incluent le gingembre, la papaye, l’ananas, les noix crues, les légumes crus et d’autres fruits crus.

6. L’argile

argile2Pour les problèmes d’estomac, l’argile est une panacée. Elle a des propriétés multiples d’absorption, de fixation, de plasticité. Les soins par l’argile sont connus depuis toujours. Elle est issue de la décomposition de roches-mères volcaniques, granit, micas, et comporte de la silice, etc Elle a un pouvoir d’action positive sur l’équilibre acido-basique. Elle est d’une grande efficacité pour soulager les excès d’acidité dans l’estomac, les gastrites, les ulcérations et sans effets secondaires. En cas de reflux acide, mettre une cuillère à soupe d’argile verte surfine dans 1/2 verre d’eau. Cela va vous soulager en quelques minutes. Pour un traitement régulier: préparez votre verre la veille au soir et laissez reposer, pour le boire le matin. J’ai eu des témoignages de personnes guérissant leur ulcère à l’estomac en prenant ce traitement pendant 6 mois: surprise du médecin: plus d’ulcère!

Placez un glaçon à cet endroit sur votre tête pour rester jeune et en bonne santé

glacon-tete
Aussi incroyable que cela puisse paraître, un glaçon est capable de vous faire paraître plus jeune et d’améliorer votre énergie. De plus, les glaçons sont également capables d’équilibrer certains troubles.
Mais les glaçons n’ont pas le même effet sur toutes les parties du corps. Pour de meilleurs résultats, il faut trouver le point de pression idéal. Cherchez le point qui est situé là ou votre tête rejoint votre cou. Dans l’acupuncture chinoise, on appelle ce point Feng Fu.
Méthode
Voici comment faire: allongez-vous sur le ventre et placez un glaçon sur le Feng Fu, c’est à dire le trou à l’arrière de votre tête. Vous pouvez aussi le faire assis. Laissez le glaçon pendant 20 minutes. Vous pouvez le faire tenir à l’aide d’un bandage ou d’une écharpe.
Répétez le même traitement le matin avant de manger ou de boire quoi que ce soit et le soir avant d’aller vous coucher. Ne vous inquiétez pas, vous n’attraperez pas de rhume. N’oubliez pas, vous devez faire une pause de 2 jours entre les traitements.
« Étonnant » décrirait parfaitement ce traitement. Au début vous sentirez le froid, mais au bout de 30-40 secondes vous devriez sentir de la chaleur aller directement au point Feng Fu. Vous éprouverez de l’euphorie les premiers jours, cela est dû à la libération d’endorphines dans votre circulation sanguine.
Résultats
  • Meilleur sommeil
  • Bonne humeur et vitalité
  • Bonne digestion
  • Plus de rhumes (utilisez le même traitement pour diminuer la température corporelle élevée)
  • Aide en cas de maux de tête, douleurs articulaires
En particulier, l’effet des glaçons au point de Feng Fu aide avec les maladies suivantes:
  • Maladies respiratoires
  • Maladies cardiovasculaires
  • Maladies neurologiques et changements dégénératifs de la colonne
  • Infections aiguës, gastro-intestinales et sexuellement transmissibles
  • Dysfonctionnement de la thyroïde
  • Arthrite, hypertension et hypotension
  • Asthme bronchique
  • Troubles gastro-intestinaux, obésité et malnutrition
  • Cellulite (surtout à un stade précoce)
  • Cycle menstruel irrégulier
  • Infertilité endocrinienne
  • Troubles psycho-émotionnels, stress, fatigue chronique, dépression, insomnie
Strictement parlant, ce traitement ne guérit pas en lui-même, mais il maintient l’équilibre physiologique, rajeunit le corps et donne une forte impulsion à la vie.
Vous ne devez pas faire ce traitement si vous êtes enceinte, si vous avez un pacemaker, si vous êtes épileptique ou schizophrène.
En médecine chinoise, on considère le corps comme un système énergétique, et l’acupuncture et les massages ont une incidence sur le flux d’énergie et la fonction de vos organes.

Des traitements simples contre les infections vaginales


Nombreuses sont les femmes qui souffrent régulièrement d’infections vaginales, et de toute la panoplie de petits problèmes qu’elles entraînent : démangeaisons, brûlures, irritations, flux anormal, etc. Tout cela les affecte énormément tant dans leur vie quotidienne, que dans leurs relations intimes.
Dans cet article, nous allons vous expliquer comment remédier à ce problème en suivant quelques remèdes simples. Nous allons vous présenter un traitement parfaitement naturel, accompagné de petites astuces simples, que vous pourrez réaliser directement chez vous.

Une pincée de bicarbonate de soude

Lorsque qu’une femme est touchée par cette infection, le pH du vagin est altéré. Il est plus acide qu’il ne le devrait. Une manière très simple de résoudre ce problème, mais qui demande de l’assiduité, consiste à appliquer une pincée de bicarbonate de soude en poudre directement sur les lèvres vaginales. Ce remède va permettre d’alcaliniser davantage le sexe et de retrouver un pH normal, empêchant ainsi la prolifération de bactéries et de champignons.
Pour votre hygiène intime, n’utilisez pas de savons ou de gels douche conventionnels, car ils altèrent votre pH. Utilisez plutôt des produits naturels et écologiques, qui contiennent de la glycérine et de l’huile de coco, ou tout simplement de l’eau bouillie avec un peu de bicarbonate.

Le remède à l’ail

L’ail est le meilleur remède pour combattre les champignons et les parasites, comme nous vous l’avons déjà expliqué dans plusieurs autres articles. Le consommer par voie orale permet de renforcer vos défenses naturelles et de traiter le problème depuis l’intérieur du corps. Mais, il existe une autre manière simple et rapide de l’utiliser directement sans l’ingérer.
Prenez une gousse d’ail crue, pelez-la et piquez-la à l’aide d’une fourchette, pour permettre à ses nutriments de sortir plus facilement. Introduisez ensuite la gousse d’ail dans le vagin, le plus profondément possible. Pour pouvoir la retirer plus facilement par la suite, vous pouvez l’envelopper dans une compresse stérile, que vous imbiberez d’huile d’olive pour faciliter l’insertion. Laissez les bords de la compresse sortir à l’extérieur pour faciliter davantage l’opération.
Ce traitement se réalise la nuit, avant d’aller vous coucher, durant trois nuits d’affilée. 

Les lavements vaginaux

Les lavements vaginaux se réalisent à l’aide d’une poire en silicone, similaire à celle que vous utilisez pour réaliser des lavements intestinaux. Dans cette poire, mettez le liquide ou la préparation que vous souhaitez, et lorsque tout est prêt, introduisez la canule dans votre vagin, pressez la poire et introduisez le liquide.
Retenez le liquide à l’intérieur de votre sexe durant quelques minutes, puis expulsez-le dans les toilettes. Les liquides que vous utiliserez doivent être tièdes ou à température ambiante.
Avec quels ingrédients pouvez-vous réaliser un lavement ? 
  • Le thym : le thym est une plante médicinale utilisée pour combattre différents types d’infections grâce à ses propriétés antiseptiques qui aident à désinfecter n’importe quelle partie de notre corps, sans altérer son pH. Préparez-en une infusion assez concentrée
  • Le yaourt et l’eau de mer : cette combinaison de deux grands alliés de notre santé est très intéressante. Le yaourt va venir apaiser et renforcer la flore vaginale, tandis que l’eau de mer va apporter son pouvoir alcalinisant et minéralisant. Le mélange est très simple à réaliser : une moitié de yaourt nature et une moitié d’eau de mer que vous mélangerez jusqu’à ce que le tout soit homogène.
  • Le vinaigre de pomme non pasteurisé : le vinaigre est également utilisé depuis des siècles pour résoudre les problèmes de santé des femmes, car il est économique et très facile à trouver. Il n’aide pas seulement à combattre les agents pathogènes, mais il permet également de rendre la flore vaginale plus saine. Pour cela, le vinaigre doit être écologique et fermenté naturellement, c’est-à-dire non pasteurisé. Il peut être assez difficile, de nos jours, d’en trouver. Mélangez-en deux cuillères à soupe dans un litre d’eau.
  • Le supplément de flore bactérienne (lactobacillus) est habituellement consommé de manière orale. Mais, ces capsules peuvent aussi être vidées dans de l’eau pour réaliser un lavement vaginal. Leur action sera beaucoup plus rapide et directe.

Conseils supplémentaires

Comme nous vous l’expliquons régulièrement, si vous voulez résoudre un problème de santé de manière naturelle, plusieurs aspects sont à prendre en compte. Il faut avoir une bonne alimentation, ne pas prendre de mauvaises habitudes de vie et suivre scrupuleusement les traitements naturels, sous la supervision d’un médecin.
Quant aux infections vaginales, il est essentiel d’éviter d’inclure dans votre alimentation du sucre blanc et des farines raffinées. 
D’un autre côté, il est recommandé de consommer de l’huile d’onagre et de bourrache, de manière directe ou en capsule, car elles apportent des acides gras oméga 6. 
Images de morberg et katalopolis

Les 10 meilleurs laxatifs naturels contre la constipation


Si vous souffrez de constipation, vous avez sans aucun doute envie de savoir quels sont les meilleurs laxatifs naturels possibles. Avant toute chose, rappelez-vous que vous devez toujours consommer des aliments qui contiennent beaucoup de fibres, qui régulent le transit et la flore intestinale, comme le yaourt par exemple.
Les laxatifs naturels sont des aliments, ou des herbes, qui permettent de faciliter l’évacuation intestinale. Il est important de les différencier des purgatifs, car ces derniers sont beaucoup plus puissants, et leurs effets plus drastiques. Ils peuvent créer certains problèmes voire être l’objet de nombreuses contre-indications.

Les différents types de laxatifs naturels

En prenant en compte la manière dont fonctionne l’organisme, il est possible de distinguer plusieurs types de laxatifs naturels:

Les stimulants

Ils s’appellent également purgatifs ou cathartiques. Ils stimulent la musculature de l’intestin, car ils possèdent des composants qui agissent sur les terminaisons nerveuses du côlon, en provoquant des mouvements qui favorisent la défécation. Ils agissent également sur les parois de l’intestin et augmentent la production de minéraux et de liquides, tout en diminuant l’absorption de sodium et de chlore.
L’ inconvénient des laxatifs stimulants est le temps qu’ils mettent à provoquer une réaction dans l’organisme. Une fois ingérés, ils peuvent travailler pendant au moins 8 heures avant de produire un résultat. Il est conseillé de les consommer le soir, de manière à ce qu’ils agissent durant la nuit.
Constipation

Les laxatifs mécaniques

Ce sont des laxatifs riches en fibres, qui augmentent le volume des selles, retiennent l’eau, hydratent les parois de l’intestin et aident de manière plus naturelle les mouvements péristaltiques, tout en favorisant l’évacuation. Ils peuvent être riches en fibres solubles ou insolubles.
Leur action est plus légère que celle des laxatifs stimulants, et il est recommandé de les consommer en premier lorsque se présente un début de constipation ou de troubles intestinaux. Ils normalisent le fonctionnement de l’organisme, et il est conseillé de les accompagner d’une forte consommation d’aliments contenant des probiotiques, comme le yaourt.

Les laxatifs osmotiques

Ces laxatifs agissent en augmentant la quantité d’eau dans l’intestin, ramollissant ainsi les selles. Cette action est similaire à celle des laxatifs mécaniques, mais les osmotiques contiennent bien plus de minéraux qui obligent l’intestin à éliminer les liquides présents dans l’organisme.
Parmi les laxatifs osmotiques, le plus connu est le pruneau. Leur effet est puissant, mais ils exigent une grande consommation d’eau ou de boissons isotoniques pour récupérer la quantité de liquides perdue.
Constipation

Comment bien choisir son laxatif naturel ?

Parmi les laxatifs les plus légers, c’est-à-dire les laxatifs mécaniques, vous pouvez choisir les suivants:

Le jus de pomme et d’huile d’olive

Faites un jus avec deux pommes (une demi-tasse) et mélangez-les avec la même quantité d’huile d’olive. Buvez la tasse entière avant d’aller vous coucher.

Les prunes et le miel

Mettez six prunes dans une casserole avec une tasse et demi d’eau bouillante, couvrez, et laissez tremper durant toute la nuit. Le matin, filtrez puis ajoutez une cuillerée de miel, avant de boire le tout. Ne jetez pas les prunes, et consommez-les durant toute la journée.

L’aloe vera

Prenez une tige d’aloe vera, puis coupez-la en morceaux. Mettez-la ensuite à bouillir dans un peu d’eau. Attendez que le mélange refroidisse, puis versez le tout dans un récipient en verre avec un couvercle hermétique. Jetez les morceaux d’aloe vera puis fermez bien, avant de mettre le récipient dans le réfrigérateur. Vous pouvez en consommer deux fois par semaine au maximum.
Ce laxatif naturel n’est pas recommandé pour les femmes enceintes, ou pour celles qui allaitent, ni pour les personnes qui consomment des anticoagulants.
Usages-de-l'aloe

Le jus de raisin et de linette

Faites un jus avec plusieurs raisins (jusqu’à obtenir une tasse environ) et versez une cuillerée de linette en poudre. Buvez-en à jeun, pas plus d’une semaine d’affilée.

La compresse d’huile de ricin

Ce laxatif maison s’utilise de manière externe. Mouillez une petite serviette, ou une gaze, dans de l’huile de ricin préalablement chauffée à feu doux. Allongez vous sur le ventre, et appuyez la compresse sur la zone des lombaires. Couvrez avec une serviette pour que la compresse reste chaude le plus longtemps possible. Utilisez ce remède une fois par jour.
Il n’est pas recommandé de consommer de l’huile de ricin contre la constipation, malgré tout ce qui peut se dire.

Les aliments aux capacités laxatives

En plus de ceux dont nous vous avons parlé dans cet article (comme l’aloe vera ou le pruneau), il existe d’autres laxatifs naturels très efficaces contre la constipation. Avant de vous les présenter, il nous faut vous expliquer ce qu’est exactement ce trouble intestinal. La constipation survient lorsqu’une personne va aux toilettes moins de trois par semaine, et qu’elle n’évacue que des selles sèches et dures.
Ce problème digestif est l’un des plus fréquents actuellement, car il est dû au régime alimentaire que nous avons adopté depuis de nombreuses années.
Le manque d’exercice, la sédentarisation, la faible consommation d’eau, et la forte consommation de graisses et de farines raffinées peuvent être la cause d’une constipation. Il est nécessaire d’avoir une vie plus saine pour avoir des évacuations plus normales. Les aliments suivants peuvent vous y aider :

Le plantain

Cette herbe, originaire d’Inde, est très riche en fibres et parfaite pour réguler le transit intestinal. Elle a la capacité d’absorber l’eau, d’augmenter la taille des selles, et de stimuler la digestion.

La pomme

Ce fruit délicieux (qu’il soit rouge, ou vert) contient une substance, appelée pectine, qui a la propriété de promouvoir le fonctionnement des intestins, de ramollir les selles (grâce à sa quantité de fibres) et de favoriser leur évacuation.
Mangez une pomme par jour, au cours de la matinée ou en dessert après le dîner, si possible crue, ou bien bouillie avec des pruneaux.
Bienfaits-de-la-pomme

La banane

C’est un fruit qui apporte à l’organisme une grande quantité de fibres (en plus du potassium), ce qui en fait un laxatif puissant. Une banane apporte 12% de la quantité de fibres que nécessite notre corps, chaque jour. De plus, elle possède des oligosaccharides, une substance qui parvient directement, sans être digérée, à l’intestin grêle, et qui favorise la digestion et l’évacuation.

L’oignon

C’est l’un des végétaux qui ne doit manquer dans aucun de vos plats, car il a une saveur délicieuse, mais aussi parce qu’il soigne un grand nombre de maladies, de pathologies et de troubles. C’est un laxatif naturel très efficace. De plus, consommer de l’oignon cru active la sécrétion de sucs gastriques et favorise la santé de la flore intestinale.
Enfin, il contient de la quinine, un composant qui stimule le métabolisme du foie, de l’estomac et du pancréas.

vendredi 27 février 2015

Effets du magnétisme sur le vivant

Je vais essayer de résumer ce que j'ai retenu du livre de Peggy Phoenix DUBRO (conférencière) et David P. LAPIERRE (physicien et géophysicien) auteurs en commun de UN MONDE DE CONSCIENCE.

Veuillez noter que les paragraphes en italique sont mes propres réflexions.

Nous avons vu que nous étions des hommes électromagnétiques. De récentes études permettent de dire que la Lumière est en relation constante avec chaque particule et qu'elle joue le rôle de messager du champ magnétique. En se déplaçant continuellement en nous, dans nos cellules et notre ADN, ce flot de lumière harmonise et corrige l'ADN. Nous sommes chargés d'énergie par ce flot de Lumière.

On a décelé dans les mains diverses formes d'énergie : magnétique, électrostatique, infra sonique (moins de 20 Hz), micro-ondulatoire, infrarouge, ultraviolette et magnétique pulsatile … tous ces champs pouvant être décelés au moyen d'instruments conventionnels. 

Il y a des types hyper-champs émis par les mains qui sont hors de portée des instruments conventionnels, tels que la polarité en vortex, les champs pivotants en spirale. Bien qu'inobservés ces hyper-champs sont à l'origine du phénomène électromagnétique.

Le système de polarité en vortex concerne les mouvements de particules ou de forces qui se déplacent en forme de spirale. Ce mouvement spiralé s'effectue dans le sens des aiguilles d'une montre et de manière positive, centripète et compressive ou encore dans le sens contraire des aiguilles d'une montre et de manière négative.

La paume de la main gauche serait positive avec vortex à droite et la paume droite négative avec vortex inverse ! 

La zone située au centre d'un aimant droit s'appelle le mur de Bloch ou encore zone de magnétisme zéro, l'énergie faisant demi-tour en formant une boucle en 8. Le phénomène du mur de Bloch est associé à l'observation de forces " d'impesanteur ", 

C'est en 1936 que Albert Roy DAVIS a fondé la science du biomagnétisme. DAVIS associé à RAWLS, ont conclu que la paume de la main droite favorisait la force et la gauche réduisait la sensation de douleur. Ils remarquèrent que l'imposition des deux mains sur un sujet envoyait de l'énergie à travers et sur la surface de son corps et qu'il y avait un retour d'énergie supérieure à celle fournie. Ceci a scientifiquement été prouvé.

Les mains émettent des ondes sonores de 8 à 12 Hz correspondant à la fréquence de l'onde alpha du réseau neural du cerveau, fréquence qui correspond à celle de résonance de la Terre (fréquence de Schumann).Certains sujets (à ce jour) peuvent présenter des fréquences de 16 et même 18 Hertz. 

La fréquence de résonance de la Terre peut être modulée par une multitude de signaux de fréquences supérieure. Le complexe composé du cerveau humain et du système nerveux se syntonise sur les émissions d'onde scalaire de la Terre. 

HF= je mesure que cette fréquence de transmission serait celle émise par l'hémisphère gauche de notre cerveau, à savoir 888 Hertz alors que la fréquence de l'hémisphère droit est de 877 Hertz et celle du cervelet de 4.999 Hertz.

Ondes scalaires Elles sont également appelées ondes Tesla, ondes gravitationnelles, ondes sonores électromagnétiques et ondes électro-gravitationnelles. Selon BEARDEN ces ondes scalaires sont la réunion de l'électromagnétisme et de la gravité. Se déplaçant à la vitesse de la lumière elles sont supraluminales et hyperspatiales. L'onde scalaire peut être produite à partir 'un inducteur en forme de caducée (conducteurs entremaillés et enroulés en spirale, comme la structure de l'ADN).

La Terre, en tant que translateur scalaire recueille les diverses formes d'énergie cosmique et les diffuse sur une fréquence que toute vie terrestre peut reconnaître. Toute vie terrestre et la planète Terre sont donc en symbiose.

L'Allemand Fritz-Albert POPP découvre en 1976 le rôle de la lumière dans les processus biologiques. Il observe que toute cellule vivante émet un rayonnement lumineux appelé biophotons. L'on sait, depuis, qu'ils sont emmagasinés et libérés dans la double hélice de la molécule d'ADN, hélice émettrice et réceptrice de lumière. L'ADN est un supraconducteur (sans aucune résistance) de l'énergie photonique. 

Les cellules communiquent entre elles au moyen d'émissions photoniques de diverses fréquences spécifiques. La molécule de l'ADN n'est pas la seule a être photoactive. Les molécules d'hème, à partir desquelles est formée l'hémoglobine, ainsi que la mélanine, la carotène et nombre de métalloenzymes sont toutes photoactives.

Les émissions biophotoniques qui émanent des mains renferment le spectre complet des couleurs. Il faut savoir que ce sont des émissions de couleur qui procèdent à l'encodage de configurations complètes et détaillées de l'information dans l'organisme !

Selon Jacques BENVENISTE tout signal moléculaire peut être représenté par un spectre allant de 20 à 20.000 hertz (celui de la voix humaine).

Nous sommes composés de 80% d'eau. Elle amplifierait et transmettrait les signaux émis. Elle possède une mémoire et peut emmagasiner de l'information. S'il s'agit d'ondes scalaires, elle peut retenir leur empreinte pour une période plus longue.

Selon BEARDEN il existerait deux types de photon dont l'un serait conventionnel et l'autre de nature scalaire, ce dernier fournirait de l'information active constituant un stimulus syntropique de réorganisation et de restructuration cellulaire. L'énergie scalaire absorbée par la cellule entraîne la charge et l'organisation de biopotentiels. Seul le biophoton scalaire est structuré et comprend une configuration complète de la cellule. BEARDEN prétend que la médecine de demain sera certainement de nature vibratoire basée sur des ondes scalaires permettant d'envoyer des informations au niveau cellulaire. Les travaux de Royal Raymond RIFE et Antoine PRIORE ont déjà permis de faire l'expérience et la technologie existe déjà.

Le physicien Andrija PUHARICH avance que les champs scalaires qui dérivent des mains sont issus des liens d'hydrogène rattachant entre eux les brins d'ADN.

La main est un détecteur d'ondes scalaires sophistiqué grâce au complexe cerveau-système nerveux. Il est difficile de les considérer séparément tant ils sont étroitement liés.

Les auteurs font une large place à la notion de vortex et d'hyperespace qui me dépasse un tantinet !

La main est une antenne vivante. En tant qu'êtres de lumière constitués d'électricité et de carbone, nous sommes doués de la capacité de modifier ou de moduler les fréquences.

Source 

Cellules souches de l’embryon : la France aux premières loges

Cellules souches de l'embryon, une première en France

On a parlé d’une première mondiale. On a crié victoire dans certains media. La secrétaire d’État à la Recherche, Geneviève Fioraso, a elle-même salué cette « avancée prometteuse » qui « démontre une fois de plus le niveau d’excellence » de la recherche française – ou sa négation de l’être humain. Depuis la mi-janvier et les 25èmes Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie, le Pr Menasché n’en finit pas de passer dans les media. Pour justifier encore et toujours l’autorisation officielle – les équipes se contentaient jusque-là d’une officieuse – de juillet 2013, de la recherche sur l’embryon humain et sur les cellules souches qui le constituent.
 
Cellules souches d’embryon sur une insuffisante cardiaque

C’est sur une patiente atteinte d’insuffisance cardiaque que le professeur a réalisé en octobre dernier une greffe de cellules embryonnaires, en « patch »« Pour cette greffe, nous avons utilisé des cellules souches embryonnaires humaines car elles sont capables de se transformer en n’importe quelle cellule de l’organisme. Ces cellules proviennent d’embryons conçus par fécondation in vitro, collectées en l’absence de projet parental (entre 5 et 6 jours après la fécondation) ».

Trois mois après, il observait un bon état de la patiente dont la partie abîmée du myocarde s’était remise à fonctionner. Il n’en fallait pas moins aux partisans de l’utilisation des embryons dits « surnuméraires »
 
Sans avancée réelle, la France persiste

Ce que les media ont moins précisé c’est que ces cellules souches embryonnaires ont été greffées lors d’un pontage coronaire et qu’il est difficile, voire impossible de distinguer leurs effets respectifs. Le professeur le confirme lui-même : « Il s’agit là d’un signal encourageant, mais il faut rester prudent car cette greffe a été réalisée en même temps qu’un pontage. Et on ne peut pas tirer de conclusions à partir d’un résultat obtenu chez un seul malade. »

En définitive, aucune preuve d’une thérapie cellulaire gagnante. Et qu’en est-il de la recherche sur les autres types de cellules souches, les « adultes » découvertes chez l’homme, il y a maintenant plus de quinze ans ? Des équipes de recherche japonaises nous ont appris ces dernières années que des cellules adultes spécialisées pouvaient être reprogrammées en cellules souches pluripotentes, les fameuses cellules iPS. En évacuant le risque d’apparition de cancer, lié à l’utilisation des cellules souches embryonnaires…

Le gouvernement japonais soutient activement ces recherches. En France, on continue avec les embryons. Certains parlent d’une « obstination » à la française dans cette volonté persistante de prouver, si ce n’est l’efficacité supérieure des cellules issues de l’embryon, au moins leur plus grande facilité d’utilisation. Quoiqu’il en soit, axer la recherche en ce sens, même si les autres sont moins avancées et plus coûteuses, est une prise de position qui fait évidemment fi de toute préoccupation éthique.