Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

jeudi 30 avril 2015

La trahison de la "droite" 

française

Comment l’UMP sacrifie les intérêts français sur l’autel de l’atlantisme

Beaucoup d’encre a coulé sur la volonté de l’ex/futur patron de la droite française de transformer l’UMP en « Républicains », à quelques mois d’une élection primaire qui devrait vraisemblablement se tenir début 2016.
Il est vrai, le nom UMP (qui signifiait d’abord Union pour la majorité présidentielle, avant de devenir l’Union pour un mouvement populaire) est devenu de plus en plus lourd à porter.
Apres une défaite électorale inexcusable en 2012, après la pitoyable élection interne de 2012 au cours de laquelle « deux abrutis » (dixit Nicolas Sarkozy) avaient maladroitement tenté de se mettre sur orbite en vue de la présidentielle de 2017, c’est l’affaire Bygmalion qui allait achever de ternir l’image du premier parti de droite français, en ajoutant au mensonge et à la tricherie les magouilles financières.
Pour sortir de l’impasse dans laquelle la droite s’est elle-même fourvoyée, sans pouvoir cette fois accuser le parti socialiste, il fallait trouver une solution.
L’urgence se fait d’autant plus sentir qu’avec la poussée électorale continue du Front National, les cadres de la droite UMP, les futurs Républicains, sont de plus en plus écartelés entre les souhaits de leurs électeurs et la discipline morale et politique que leur impose l’appartenance à l’oligarchie nationale.
De retour à la direction de l’UMP bien que poursuivi par les affaires, Nicolas Sarkozy semble s’être transformé en Janus français de la politique. Tantôt il joue le centre pour ne laisser aucun espace au tandem Juppé/Fillon, tantôt il doit occuper son aile droite afin de pouvoir bénéficier d’un potentiel de report de voix qui lui permettrait de l’emporter comme en 2007, grâce aux voix de l’extrême-droite.
En matière de politique internationale, Nicolas Sarkozy semble être frappé par le même virus queJacques Attali, virus que certains membres de l’UMP comme Alain Juppé nomment « russophilie » ou que certains journalistes qualifient de « tentation de Moscou ». Il faut cependant noter que la droite française n’est pas devenue russophile en totalité, puisque Bruno Le Maire par exemple, personnalité de l’aile droite de l’UMP, paraît opposé à tout compromis avec la Russie en affirmantque « Vladimir Poutine ne comprend que le rapport de force et la fermeté » (sic).
Quoi qu’il en soit, Nicolas Sarkozy, bien qu’il semble prétendre à concourir pour la présidence française, ne s’est pas privé d’un clin d’œil à la culture américaine en « américanisant » le nom du parti qu’il espère mener au pouvoir. Ce tropisme maladif qui frappe la droite française est sans doute la plus belle réussite d’un demi-siècle de soft power politique américain au sein des élites françaises.
Les prises de position non hostiles à la Russie de certains leaders politiques francais ne peuvent cependant modifier l’ADN de la grande majorité de la droite française d’aujourd’hui. Tendance qui va voir la tenue d’une primaire 100 % endogène en 2016, sans aucun parti ou tendance ni souverainiste, ni gaulliste.
Les politiciens qui dirigent la droite sont soit convertis au libéralisme dominateur, soit au libertarisme progressiste qui est en contradiction avec les valeurs sociétales traditionnelles françaises. Quant au reste, il est membre conscient ou inconscient du dispositif américain dans l’Hexagone. En effet, environ 25 % de nos députés sont membres du groupe d’amitié France-Amérique. Dans ce groupe relativement discret qui est dirigé, c’est tout un symbole, par Louis Giscard d’Estaing, fils de l’ancien président français Valery Giscard d’Estaing, on trouve un bon nombre de députés de droite, en compagnie de députés socialistes.
Cette américanisation, loin d’être toujours discrète, est un état de fait que le président russe, lors de sa dernière séance de questions-réponses, a commenté sur le ton de la plaisanterie : à la question de savoir s’il avait des discussions géopolitiques fréquentes avec ses homologues européens, il a répondu en souriant qu’il « est difficile de parler à des gens qui chuchotent même chez eux de peur des écoutes américaines. Et ceci n’est pas une blague, je ne plaisante pas ». Du reste, c’est précisément en Russie que la droite française pourrait trouver le modèle qui lui manque pour prendre, et surtout conserver, le pouvoir sur la longue durée.
La Russie, régime politique présidentiel fortement inspiré par la 5ème république française, est en effet dirigée par un bloc politique allant du centre à la droite de la droite, mais avec un chef de l’Etat qui se fait visiblement une certaine idée de la Russie, une idée souverainiste.
Les grandes lignes directrices de la gouvernance russe, ses valeurs suprêmes en quelques sortes, sont définies sans ambiguïté. On y trouve entre autres :
- la souveraineté ; 
- le conservatisme moral et sociétal ; 
- le patriotisme ; 
- la nécessité d’un État fort ; 
- la conscience des intérêts supérieurs du pays.
Des valeurs suprêmes qui font cruellement défaut à la France d’aujourd’hui, mais que nos dirigeants, durant quinze siècles d’histoire monarchique puis républicaine jusqu’à mai 1968, avaient pourtant défendues sans relâche.

Panorama des positions de l’UMP vis-à-vis de la Russie, par Xavier Moreau :