Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

jeudi 30 avril 2015

Le fruit de nos entrailles


GPACe documentaire, de bonne facture, explique comment les progrès scientifiques réalisés par l’homme, notamment au cours des dernières décennies, ont été utilisés contre sa propre personne et son environnement. En somme un génocide à l’échelle de la planète, car à mon sens, on ne peut même pas parler de rançon du progrès, tant l’implication délibérée d’une certaine élite ne fait aucun doute. C’est beaucoup plus qu’une simple rançon, car tout a été fait pour réduire la population mondiale, au moyen d’un programme eugéniste au terme duquel nous constatons aujourd’hui un indice mondial de fertilité réduit de moitié en à peine 40 ans. Pollution par les pesticides, OGM, rejets médicamenteux (dont notamment les œstrogènes de la pilule) dans les rivières, élevages intensifs à coups d’hormones féminines pour engraisser le cheptel, ondes électromagnétiques, ont fait que l’homme et la femme sont de plus en plus stériles. L’utilisation des organes des fœtus avortés, par l’industrie des vaccins ne trouve aucune justification raisonnable ou rationnelle. On a recours à ces tissus car il s’agit de cellules humaines diploïdes, seules capables de permettre la culture des virus. Quand on connaît l’inutilité des vaccins, voire leur dangerosité, on ne peut qu’être interloqué devant de telles pratiques qui sont à mille lieues d’obéir à des préoccupations philanthropiques. Seul le gain et l’avidité servent de moteur à cette engeance. La vaste campagne récente  de vaccination anti-polio auprès d’enfants syriens déplacés, a produit un peu plus tard l’effet inverse de celui théoriquement miroité. L’industrie de la GPA est un autre secteur qui inspire la crainte de voir prospérer une foire aux bébés où l’on peut monnayer un nourrisson, après avoir choisi son sexe, la couleur des yeux et de supposées qualités intellectuelles. En somme une véritable marchandisation du corps humain qui signe son animalisation, avant son extinction définitive. Pour nous faire taire, on dira encore de nous que nous sommes des conspirationnistes et sans doute même des conspirationnistes délirants. Pour notre part, nous dirons d’eux qu’ils sont des conspirateurs, ce qui est totalement vrai !
Le Fruit de nos entrailles : documentaire de Maria Poumier, 60’02 sur le marché de la stérilité, l’industrie de la procréation artificielle, l’abjection de la GPA. Avec Farida Belghoul, Roger Bongos, Lucien Cerise, Francis Cousin, Dr.Jean-Pierre Dickès, Père Olivier Horovitz, Béatrice Pignède, Sébastien Renault, Claire Séverac