Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

mercredi 29 juillet 2015

Quand la tristesse devient chronique: la dysthymie

Quand la tristesse devient chronique: la dysthymie

Nous sommes tous déjà passés par une période difficile, durant laquelle le chagrin nous envahit et les pensées négatives nous obligent à repenser certains aspects de notre vie.
Parfois, le simple fait de passer par ces moments nous fait apprendre et acquérir de nouvelles stratégies d’affrontement.
Mais si cet état de tristesse était continu ? Que ce passe-t-il si ce mal-être intérieur, ce chagrin et ce découragement ne trouvent pas de solution et nous enfoncent un peu plus chaque jour?
Dans ce cas, nous parlerions d’un trouble appelé dysthymie, quelque chose qui diffère de la classique dépression et qu’il est intéressant de connaître.
Nous vous invitons à lire cet article pour mieux comprendre ce type de souffrance.

Qu’est-ce que la dysthymie ?

Dépression
C’est un type de dépression, mais avec des nuances affectives et émotionnelles que la cinquième édition du Manuel Diagnostique et statistique des Troubles Mentaux (DSM-V) a établi sous le nom detrouble dépressif persistant.
C’est un état de tristesse et de découragement constant. Il n’y a pas de meilleures ou de pires périodes, mais en général, cette sensation émotionnelle si négative dure deux ans ou plus.
Nous vous en expliquons les principales caractéristiques :
  • Ce type de trouble ne dépend quasiment jamais de « facteurs externes », c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir souffert d’une perte ou d’une tromperie pour tomber dans ce type de dépression.
    L’origine est biologique et presque toujours héréditaire. Elle affecte généralement les femmes.
  • Cette souffrance semble apparaître autour de 21 ans.
  • Il existe des cas assez graves, de personnes qui, par exemple, sont incapables de se prendre en charge et qui ont besoin d’une aide quotidienne pour manger, pour aller aux toilettes, etc. Ce sont des cas où la dysthymie est la plus grave.
  • Malgré le fait d’avoir un composant héréditaire, le stress aiguise encore plus la sensation d’abattement, de telle manière qu’il est possible d’atteindre un état plus grave, comme celui dont nous avons parlé ci-dessus.
  • A la tristesse s’ajoutent la mauvaise humeur, la fatigue, les insomnies, les problèmes alimentaires et la difficulté à se concentrer.
  • Si la dysthymie n’est pas traitée à temps, elle peut parfaitement dériver et se convertir en « une grande dépression », c’est-à-dire un trouble mental encore plus grave où la colère voire même les tentatives de suicide peuvent apparaître.
    Il faut donc soigner ce type de problèmes le plus tôt possible.

Comment se soigne la dysthymie ?

Femme-triste-500x333
En premier lieu, il faut savoir que la dysthymie est une pathologie qui doit être gérée tout au long de l’existence.
Cependant, il est possible de disposer d’une bonne qualité de vie, du moment que l’on suit les règles suivantes :
  • Prendre de médicaments anti-dépresseurs
  • Suivre des psychothérapies comportementales et cognitives, ainsi que des dynamiques de groupes.
  • Compter sur un suivi médical périodique tout au long de la vie.
  • Compter sur un bon appui social et personnel.
Il faut savoir qu’avant tout, l’origine de la dysthymie est héréditaire et donc, biologique.
Presque toujours, il apparaît une légère altération des neurotransmetteurs de la sérotonine.
Cela signifie que les médicaments sont efficaces et que, sans aucun doute, la thérapie psychologique est d’une grande aide.
Cependant, ces traitements devront être suivis quasiment toute la vie. Vous pourrez ainsi profiter de votre quotidien, travailler et réaliser vos rêves et vos objectifs.
Les personnes qui ont été diagnostiquées comme souffrant de dysthymie, doivent être conscientes de leur problème et garder une grande force intérieure pour comprendre ce qui leur arrive.
En effet, les personnes qui en sont atteintes doivent soigner cette maladie et surtout gérer adéquatement leurs sources de stress et d’anxiété, car elles peuvent souffrir de cas de dysthymie encore plus graves.
Dépression-1

N’oubliez pas que si quelqu’un de votre famille présente ce trouble, vous avez des risques assez élevés d’en souffrir également. Prenez des mesures, parlez-en à votre médecin et suivez les conseils que nous vous avons partagé.
Pour conclure, il est également important que vous sachiez différencier la dysthymie d’une dépression normale.
La dysthymie apparaît autour de 21 ans ou avant, et c’est un état de tristesse permanente, sans qu’aucune raison apparente n’explique cet abattement.
Elle dure entre un an et de mi et deux ans et lorsqu’elle n’est pas traitée, elle peut aboutir à une dépression plus grave où apparaissent des tentatives de suicide.