Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

vendredi 31 juillet 2015

Si les vaccins n’entraînent pas de dommages au cerveau, pourquoi GSK paie 63 millions de dollars aux victimes des vaccins?

Senior Doctor examing money
Depuis la panique de la grippe porcine qui a été mondiale en 2009, incitant plus de 60 millions de personnes à se faire vacciner, d’innombrables personnes – principalement des enfants – ont développé un éventail de problèmes de santé, principalement des dommages au cerveau. Des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire, des hallucinations et des maladies mentales ont affectés ceux qui ont reçu le vaccin contre la grippe porcine.
La plupart des professionnels de la santé et les gens de Big Pharma sont prompts à défendre et recommander de tels vaccins. Bien sûr, le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), les fabricants du vaccin de la grippe porcine, le Pandemrix, est un acteur clé dans ce domaine. Cependant, ils sont venus sur le devant de la scène récemment et plutôt que de se dissimuler derrière une protection du style « vous ne pouvez pas m’atteindre », le géant pharmaceutique a été condamné à payer environ 60 milliions de dollars au gouvernement du Royaume-Uni lorsqu’il a été avéré que le Pandemrix a joué un rôle dans l’apparition des lésions cérébrales dans plusieurs cas.

« Aucun doute », le vaccin de la grippe porcine est lié à des lésions cérébrales

« Il n’y a aucun doute dans mon esprit quel qu’il soit, le Pandemrix a augmenté l’apparition de narcolepsie chez les enfants dans certains pays – et probablement dans la plupart des pays », dit Emmanuelle Mignot, spécialiste en troubles du sommeil à l’Université Stanford, qui a examiné les effets du vaccin.
Environ 80% des personnes touchées sont des enfants, mais GSK a persisté à fermer les yeux. Même quand une étude a été publiée montrant que les enfants vaccinés étaient 13 fois plus susceptibles de développer la narcolepsie, la société n’a admis aucun lien de cause à effet. Même, lorsqu’en 2011, l’Agence européenne des médicaments a émis l’avertissement que les personnes de moins de 20 ans devraient éviter de recevoir le vaccin, GSK n’en a pas tenu compte. Ils maintiennent qu’ils sont des professionnels qui se consacrent à la santé humaine: le site de GSK dit actuellement, « Chez GSK, c’est d’une façon responsable que nous faisons des affaires. Notre mission est d’améliorer la qualité de la vie humaine en aidant les gens à agir davantage, à se sentir mieux, et à vivre plus longtemps ».
Bien sûr, dîtes ça à Josh Hadfield, du Somerset en Angleterre. Il a reçu le Pandemrix et devinez quoi? Il est maintenant sous médicaments anti-narcolepsie pour l’aider à rester éveillé à l’école, ce qui coûte environ 15 000 dollars par an.
« Si vous le faites rire, il s’évanouit. Sa mémoire est perdue. Il n’y a pas de remède », dit sa mère. « Il dit qu’il préférerait ne pas être né. Je me sens incroyablement coupable d’avoir accepté qu’il soit vacciné ».

Le site de GSK met l’accent sur sa « performance financière »

Fait intéressant, ce même site de GSK qui fait mention de l’attitude responsable de l’entreprise pour aider les autres à se sentir bien et vivre plus longtemps, aborde également un autre sujet sur une question plus pressante, au moins pour eux – et cela en dit long. Juste quelques lignes après sa déclaration de dévouement à la santé, en gros caractères qui se démarquent du reste de l’article, il est dit: « La façon dont nous fonctionnons est tout aussi importante pour nous que l’accomplissement d’une performance financière ». Cette déclaration est attribuée à Sir Andrew Witty, Président Directeur Général de GSK. Donc, c’est clair. Cela, mes amis, revient sur le fond à « entendre » directement de la source elle-même que tout Big Pharma a réellement comme objectif la santé de leurs chiffres.
Bien sûr, le fait que GSK paiera au gouvernement britannique des millions de dollars à ceux qui ont maintenant des lésions cérébrales du fait du Pandemrix en dit long également. Cela revient à un aveu que la prise du vaccin est en effet un problème de santé. Sinon, pourquoi GSK se mettrait-il à donner de l’argent à ceux qui sont maintenant à peine capables de fonctionner dans leur vie courante? S’ils pensaient vraiment avoir raison, ils tiendraient bon et refuseraient d’effectuer tout paiement, non?
« Il n’y a jamais eu un cas comme celui-ci auparavant » dit Peter Todd, un avocat qui a représenté un grand nombre de plaignants au Royaume-Uni. « Les victimes de ce vaccin ont une maladie incurable et permanente qui exigera des médications importantes ».
On s’attend à ce qu’encore plus de personnes développent des dommages cérébraux associés à la prise du vaccin de la grippe porcine, en particulier la narcolepsie et la cataplexie, qui fait perdre conscience à une personne à chaque fois qu’elle éprouve de profondes émotions comme le fait banal de rire.