Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

mercredi 28 octobre 2015

États-Unis : le Crédit Agricoule condamné à 693 millions d’euros d’amende pour violation d’embargos

États-Unis : le Crédit Agricoule condamné à 693 millions d’euros d’amende pour violation d’embargos

crédit_agricole_usa

Tout simplement ! Près de 700 millions d’euros et encore une fois, à l’instar des firmes pharmaceutiques criminelles, personne n’ira en prison ! Tout le monde voit et comprend que le désordre règne et que des voyous et des assassins sont au pouvoir mais personne ne bouge…

Le Crédit agricole a été condamné à une amende de 787 millions de dollars, soit 693 millions d’euros, pour avoir violé des embargos américains contre le Soudan, l’Iran, Cuba et la Birmanie, a annoncé un régulateur new-yorkais, mardi 20 octobre. Le tout en profitant d’une faille juridique aux États-Unis.
Que reprochent les États-Unis à la banque française ? 
Cette pénalité financière fait partie d’un accord conclu avec quatre autorités, qui accusaient la banque française d’avoir effectué des transactions en dollars entre 2003 et 2008 au nom d’entités et de personnes frappées par les sanctions économiques imposées par Washington. « Le Crédit agricole s’est engagé dans une série de procédés pour contourner les sanctions américaines et tromper les régulateurs », avance le patron des services financiers de New York (DFS) Anthony Albanese, cité dans le communiqué
Quelles conséquences pour le Crédit agricole ? 
A la différence de sa compatriote BNP Paribas en 2014, le Crédit agricole échappe à un « plaider coupable » et solde ce litige par un « deferred prosecution agreement ». Comprendre : un arrangement selon lequel la banque reconnaît des éléments et s’engage à ne plus commettre d’infractions similaires. La banque va renforcer ses procédures de contrôle. En échange, les autorités américaines devraient renoncer à la poursuivre au pénal, ce qui va lui permettre de poursuivre normalement certaines activités comme gérer des actifs pour les fonds de pension. En juin 2014, BNP Paribas avait reconnu avoir fraudé et a accepté de s’acquitter d’une amende record de 6,45 milliards d’euros.
Francetv info / AFP