Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

mardi 27 octobre 2015

L’Argent Colloïdal : un antibiotique naturel… en or massif ! …

L’Argent Colloïdal : un antibiotique naturel… en or massif ! …

A l’heure où la résistance aux antibiotiques est avérée, où le système immunitaire est affaibli, il est utile de rappeler, qu’il y a un complément à apporter à notre organisme, pour l’aider à lutter contre bon nombre de bactéries et virus. Ce complément c’est l’Argent Colloïdal.  ConsoGlobe a jugé que l’A.C valait un article donc, pour ceux qui ne connaissent pas ses bienfaits, où qui doutent de l’efficacité lisez. Nous en avons déjà parlé dans plusieurs articles.

Savez pourquoi autrefois les riches étaient en meilleure santé que les autres ? On a longtemps pensé que c’était tout simplement parce qu’ils étaient riches, jusqu’à ce que l’on découvre que c’était bien plus vraisemblablement parce qu’ils mangeaient et buvaient dans des couverts en argent ! En restant quelques temps dans des gobelets ou des plats en argent, leurs aliments et leurs boissons s’imprégnaient en effet quelque peu du précieux métal. Pas assez pour en modifier le goût ou la saveur, mais suffisamment pourtant pour faire bénéficier l’organisme des qualités de l’argent…

Argent colloïdal : il est temps de redécouvrir cet extraordinaire remède naturel

Nous ne le savons désormais que trop : de plus en pus de germes et de bactéries se montrent aujourd’hui résistants aux antibiotiques. Il est donc urgent de trouver d’autres solutions.
A l’heure où notre organisme, littéralement intoxiqué par toutes les chimies ingérées au cours de son existence, ne réagit plus toujours de manière optimale à l’administration des médicaments antibiotiques, l’argent colloïdal mérite non seulement d’être redécouvert, mais d’être réellement remis au goût du jour. Pourquoi ?
  • L’argent colloïdal est capable de s’attaquer à la plupart des bactéries, virus  et autres parasites.
  • Contrairement aux médicaments antibiotiques, l’argent colloïdal ne présente pas d’effets secondaires indésirables.
  • Il semble que les bactéries, si elles deviennent de plus en plus tenaces et résistent de plus en plus souvent aux antibiotiques de synthèse, ne peuvent en revanche pas développer de résistance face à l’argent colloïdal.

Avec lui, tordez le cou à la plupart des bactéries, virus et parasites !

Réputé surtout pour ses remarquables propriétés anti-infectieuses, l’argent colloïdal pourrait bien s’avérer une aide précieuse sur le chemin de la santé.
Son utilisation la plus classique, c’est bien sûr chaque fois qu’il y a une infection : refroidissements, grippe, mais aussi bactéries susceptibles de provoquer de sérieuses infections secondaires à la grippe ou à d’autres maladies virales, blessures avec plaies.
Ce n’est pas tout, différentes analyses de cheveux ont par ailleurs permis de mettre en évidence un lien entre un faible niveau d’argent dans l’organisme et l’apparition ou la présence de certaines maladies, ainsi qu’avec une faiblesse du système immunitaire.
De récentes études permettent de penser que le champ d’action de l’argent colloïdal serait bien plus vaste…

Comment en profiter ?

…/…

Envie d’en savoir plus ? L’Argent Colloïdal, un remède en or, de Jeanne Perros, aux éditions Guy Trédaniel est un excellent livre, écrit pour être accessible à chacun.
Histoire de l’Argent Colloïdal:

Le plus ancien des antiseptiques

Si l’expression « Argent Colloïdal » date de la fin du XIXieme siècle, les propriétés bactéricides de l’Argent-métal sont connues depuis la plus haute Antiquité, comme vous le verrez dans l’histoire de la médecine à travers les siècles. Dans la vie domestique, ces propriétés antiseptiques se traduisaient de manière pratique.
Mésopotamiens, Grecs et Romains utilisaient des récipients en Argent pour servir les boissons destinés aux souverains et à l’aristocratie. L’argent du contenant aseptisait les liquides du contenu, tuant les bactéries et micro-organismes pathogènes.
Les ustensiles de table, fourchettes et cuillères étaient également en argent pour des raisons d’hygienne et d’aseptie, une tradition qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Les colloides et nanoparticules d’argent, naturellement bactéricides, stérilisaient en quelque sorte liquides et nourriture servis dans cette argenterie
C’est certainement la tradition du thé britannique, de l’eau bouillie servie dans des théières d’argent, qui a permis aux fonctionnaires et officiers de sa très gracieuse majesté britannique de survivre aux terribles miasmes proliférant dans les colonies de l’Empire, à Bombay, Hong Kong ou Singapour.
Dans le même esprit, la tradition populaire était de placer une pièce d’argent au fond des bidons de lait, préservant ce dernier de l’infection des microbes et bactéries
Ce principe d’hygienne était utilisé par les pionniers à la conquête de l’ouest au XIXI ième siècle, qui protégeaint l’eau de leur gourde avec un dollar d’argent.
Très récemment encore, dans la deuxième partie du XXe siècle, lorsque les pharmaciens préparaient des potions ou des onguents dans leur arrière-boutique, ils mettaient une feuille d’argent au fond du pot, pour assurer une parfaite aseptie. Le pharmacien de votre quartier vous le confirmera.
Le bien fondé de ces pratiques séculaires a  été démontré par la recherche scientifique. Les analyses in-vitro ont pu prouver que l’Argent électro-colloidal dissout dans l’eau par électrolyse à un taux d’environ 10 parties par milliard, soit 10 ug par litre (0,01 ppm) éradique en quelques minutes colibacilles et salmonelles. C’est le principe même de l’Argent Colloïdal.

Traitement de l’eau par l’argent colloïdal

En 1928, renouant avec la tradition, GA. Krause eut l’idée de placer un revêtement d’argent dans les systèmes de filtration à usage domestique.
En 1929, un autre chercheur, le Dr Albert Schweitzer, rapporta que tous les agents pathogènes se trouvaient éliminés, quand l’eau était traitée avec des nano-particules d’argent porteuses d’une charge électrique. Le terme argent colloïdal n’était pas encore en usage comme aujourd’hui, mais il ses vertus étaient déjà démontrées en laboratoires. Albert Scweitzer démontra également que ce traitement n’était pas nocif vis à vis des micro-organismes bénéfiques.
La NASA pour équiper ses navettes spatiales, a choisi un système de traitement de l’eau à base de colloïdes d’argent. Les Russes utilisent également l’argent colloïdal pour stéréliser l’eau de leurs cosmonautes, à bord de leurs stations orbitales.

equipage Souyouz
Equipage de la station spatiale Soyouz composé d’un Russe Fyodor Yurchikhin et 2 Américains Shannon Walker et Douglas Wheelock.
Aux Etats Unis, certaines villes ont choisi l’argent-colloïdal pour le traitement des eaux usées. Une démonstration spectaculaire avait été organisée au Nébraska, où pour prouver l’extraordinaire efficacité de l’argent colloïdal, un bassin de décantation des eaux usées a été volontairement pollué par des colonies de colibacille. En l’espace de 3 heures, cette eau a été totalement purifiée grâce à des filtres équipés d’électrodes d’Argent.
En 1976, lors d’un congrès de l’American Légion dans un hôtel à Philadelphie, une brutale épidémie a affecté les congressistes. De ce fait, cette maladie a été appelée la légionellose. La bactérie, legionella pneumophila, identifiée par le Professeur Brenner en 1979, est d’origine hydro-tellurique et se développe dans les réseaux d’eau douce naturels ou artificiels dans un milieu riche en fer, zinc ou aluminium, favorable à son développement : stations thermales, climatiseurs, spas, nébuliseurs et surtout les tours aéroréfrigérantes.
Les études de Brenner ont démontré que la bactérie se développe principalement dans les eaux dont la température est comprise entre 25 et 42°C. La contamination a lieu par inhalation de micro-goutelettes d’eau en suspension dans l’air. La bactérie a depuis proliféré.
Plusieurs analyses ont révélé que les réseaux internes de distribution d’eau des hôpitaux étaient les principaux responsables de la  légionellose , devenue une maladie nocosomiale . En réaction, la plupart des grands hôpitaux américains ont installé ces dernières années des système d’ionisation d’argent et de cuivre, qui ont permis d’éradiquer la « legionella pneumophilia » de leurs réseaux d’eau chaude.
L’argent colloïdal est officiellement reconnu pour son efficacité dans le traitement de l’eau.
filtre de la NASA pour stériliser l'eau
Élément des filtres à colloïdes d’argent utilisés par la N.A.S.A.
un antibiotique naturel
L’usage médical de l’Argent-métal, une longue tradition scientifique.
– Les Macédoniens plaçaient des plaques en Argent, sur les blessures pour aider à une cicatrisation saine et rapide.
– Vers 400 avant JC, Hippocrate enseignait que la fleur d’Argent, une poudre ultra-fine, cicatrisait les blessures ulcérées.
– En 69 avant JC, le Nitrate d’Argent figurait en bonne place dans la pharmacopée romaine.
– En 78, Pline l’Ancien, dans son Histoire naturelle, écrit que l’Argent possède des propriétés thérapeutiques et se révèle « très efficace dans la cicatrisation des blessures, quand il est incorporé au plâtre. »
– Jabir Ibn Hayyan, dit Gerber ( 721-815), fondateur de l’école arabe associant pharmacie, astrologie, et chimie, considéré par certains comme le père fondateur de la Chimie moderne, auteur de près de 2.000 traités, rapporte que le « nitrate d’argent » possède de puissantes propriétés thérapeutiques.
– Ibn Sīnā dit Avicenne ( 980-1037), médecin et philosophe persan, utilisait l’Argent pour purifier le sang, entre autres sous forme de poudre et de pilules argentées, l’ancètre de l’Argent Colloïdal.
– Philippe von Hohenheim, dit Paracelse ( 1493-1541 ), l’un des plus célèbres alchimistes et médecins de la Renaissance, considéré comme le père de l’homéopathie et le précurseur de la toxicologie, enseignait l’usage médical de l’argent.- Les médecins chinois utilisaient l’Argent dans la fabrication de toniques à base de plantes et pour traiter les infections, suppurations chroniques, blessures septiques, fièvres et sinusites.
– En 1884, Franz Crede, l’un des plus célèbres obstétricien allemand du XIXe, observant qu’un certain nombre d’enfants naissaient aveugles après avoir été exposés à des germes vénériens lors de l’expulsion de l’utérus, eut l’idée d’instiller avec succès dans les yeux des nouveaux-nés une solution à 1% de Nitrate d’Argent. Avec l’instauration de cette pratique, le taux d’ophtalmie des nouveaux nés tomba de 10% à 0,2%. En conséquence, cette pratique devint obligatoire dans la plupart des pays européens et aux USA. Elle se poursuivit même après l’apparition des premiers antibiotiques en 1940.
nitrate d’argent avec différents antibiotiques issus de laboratoires pharmaceutiques, le nitrate d’argent a été retenu comme le plus efficace et ayant le moins d’effets secondaires.
…/…
L’argent colloïdal  était un traitement courant en 1940.
En 1940, le Professeur Kehoe publia dans le « Journal of Nutrition » une étude sur la concentration ordinaire des minéraux dans les aliments. Il en conclut que la dose quotidienne d’Argent absorbée à travers la consommation de fruits et légumes est comprise entre 50 et 100 microgrammes, soit l’équivalent d’une cuillère à café d’Eau Positive ou d’un autre argent colloïdal en 15 ppm.
Une deuxième étude parue 16 ans plus tard en 1956 constate une baisse des doses d’argent naturellement ingérées, qui ne sont plus que de 10 à 20 Mcg/Jour. Le rapport du « Sommet de la Terre » de 1992 va confirmer ces faits en constatant une déminéralisation des sols de 85% sur un siècle.
Cette déminéralisation des sols induit un appauvrissement équivalent des aliments entre le XIX et le XXieme siècle. Les légumes cultivés hors-sol vont aggraver ce phénomène et amener de véritables carences  chez le consommateur. Dans son étude de 1956, le Professeur Kehoe écrivait  » l’argent colloïdal vous permet de palier à cet état de fait ». (fin de citation)
« L’argent colloïdal est un Oligo-élément nécessaire à votre organisme », écrivait jusqu’en janvier 2010 les laboratoires. Depuis cette date, la loi européenne est interdit de le dire. Dont acte. Aux Etats Unis, en Angleterre et au Canada, ces restrictions n’ont pas cours.
A partir des années cinquante, l’argent-colloïdal dut bientot céder la place à de nouvelles substances, qui semblaient vouloir révolutionner la médecine. L’Ere des Antibiotiques brevetés par les Laboratoires pharmaceutiques venait de s’ouvrir. Les antibiotiques étaient d’un emploi plus simple et coûtaient  moins cher à fabriquer que les produits à base d’argent.
L’argent-colloïdal fut pendant un demi-siècle plongé dans l’oubli.
…/….

Le bactéricide le plus efficace

L’Argent Colloïdal et les autres produits dérivés de l’Argent métal vont être relégués aux oubliettes de la Médecine pendant l’âge d’or des antibiotiques de 1940 à 1965. Ces nouveaux médicaments semblaient accomplir des miracles, coûtaient moins cher et étaient d’un emploi plus facile que les produits à base d’argent. Ils avaient en outre l’énorme avantage de pouvoir être breveté, offrant des rentes de situation aux laboratoires pharmaceutiques. Ceux-ci pouvaient dès lors faire un lobbying intensif, tant aux niveaux des gouvernements, des instances sanitaires internationales ou des Centres Hospitaliers Universitaires, formant les futurs praticiens en prescripteurs d’antibiotiques.
Dans les années 90, les gouvernements ont du légiférer et restreindre drastiquement les « séminaires » et autres cadeaux somptuaires offerts aux prescripteurs par les Laboratoires Pharmaceutiques.
Au fil du temps, les effets secondaires indésirables des antibiotiques ont commencé à se multiplier, ainsi que les interactions négatives de médicaments entre eux. Entre mauvais usage, surconsommation et automédication, le potentiel thérapeutique de ces médicaments s’est trouvé gravement menacé.
En France, qui détient le record de consommation par habitant, les pouvoirs publics et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie ont lancé une campagne de communication dés 2002, pour restreindre l’utilisation des antibiotiques.
« Les Antibiotiques, c’est pas automatique ! »
Beaucoup plus inquiétant, dans les dernières décennies, le corps médical allait petit à petit se rendre compte, que virus, germes et bactéries mutaient et devenaient résistants aux Antibiotiques. En milieu hospitalier, plus de 6% des patients sont atteints de maladies nocosomiales, notamment dues à des agents infectieux devenus multi-résistants aux différents antibiotiques. Les pouvoirs publics se devaient de réagir.
« L’Argent Colloïdal: Tests comparatifs in vitro »
En 1999, une étude comparative a été menée au laboratoire de microbiologie de l’Université de Brigham Young par le Professeur Revelli, comparant les performances des antibiotiques les plus réputées et un Argent Colloïdal commercialisé aux Etats Unis, sous la marque ASAP.
L’ « Argent-colloïdal » s’est révélé être le plus efficace des bactèricides, avec le spectre le plus large.
test comparatif argent colloidal contre antibiotiques
Dans le tableau ci-dessous, deux tests différents, menés dans les laboratoires de Microbilogie Utah & Iowa montrant la vitesse d’action de deux solutions d’Argent-Colloïdal.
test-bactericide
Le second test étant effectué sur des colonies très importantes de bactéries, toutes éradiquées en quelques minutes par l’argent colloidal.
Les différentes études menées dans les services de microbiologie en occident ont fait la preuve de l’efficience de l’argent colloïdal comme bactéricide, virucide et fongicide. Ce produit miracle allait il devenir la panacée universelle  reléguant dans les placards les produits moins efficaces ?
C’est ce que certains ont cru.
Actualité de l’Argent Colloïdal« 
pansement aux colloïdes d'argent
La quantité d’argent consommée par l’industrie pharmaceutique et hospitalère est en croissance constante.
L’un des dérivés couramment employés, est le nitrate d’argent, que l’on trouve aussi bien dans la prévention de l’ophtalmie du nouveau né que dans le traitement curatif des ulcères.
Dans le Monde entier, les grands brûlés sont traités avec du sulfadiazine Argentique.
Dans certains services de soins intensifs, pour minimiser les risques d’infections opportunistes, on utilise des cathéters munis d’un revêtement d’Argent.
Les Pansements à l’argent colloïdal
Dans le manuel de « l’infirmier et les soins aux personnes âgées » de Joël Belmin, on trouve le texte ci-dessous.
…/….
Note: Cet historique provient du site Eau-Positive.com où vous pourrez vous procurer de l’Argent Colloïdal. Pourquoi celui là? Parce que j’ai pu constater les effets bénéfiques de l’A.C grâce à lui, et peux donc attester que ce n’est pas une « arnaque ». Est ce que l’A.C m’a sauvé la vie? Je n’irais pas jusque là, je ne le sais pas, mais à l’issue d’un traitement très lourd, je n’ai eu aucune séquelle, au grand étonnement de mes soignants. Je ne vous en dirais pas plus. Pour ceux qui hésitent, essayez!
Volti.