Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

mercredi 21 octobre 2015

Qu’est-ce que la maladie inflammatoire pelvienne ?

Qu’est-ce que la maladie inflammatoire pelvienne ?

Il est fondamental de savoir reconnaître les symptômes de la maladie inflammatoire pelvienne, et de consulter un médecin pour qu'il vous prescrive un traitement, afin que votre pathologie ne dérive pas en problèmes plus importants.
Qu’est-ce que la maladie inflammatoire pelvienne ?

Connue sous le nom de maladie inflammatoire pelvienne, cette infection est souvent provoquée par une bactérie ou par une maladie sexuellement transmissible.
Son principal symptôme est une douleur intense dans le bas ventre, qui n’intervient pas à un moment déterminé, mais qui est parfaitement constante.
Dans cet article, nous allons vous expliquer en détails ce qu’est l’inflammation pelvienne chronique, et vous donner des éléments importants pour pouvoir la détecter à temps.

Les questions fréquentes concernant la maladie inflammatoire pelvienne

Lorsque les femmes ressentent des douleurs au pelvis, elles les considèrent comme « normales », et ne vont pas consulter un gynécologue.
Elles pensent qu’il s’agit de quelque chose en lien avec leurs règles, ou avec le maintien d’une posture assise pendant un long moment.
Cependant, il peut s’agir d’un symptôme provoqué par une inflammation pelvienne chronique. Voici les questions les plus fréquentes sur ce sujet :

Qu’est-ce que la maladie inflammatoire pelvienne ?

La maladie inflammatoire pelvienne est une infection qui se produit dans les organes reproducteurs féminins, c’est à dire dans les trompes de Fallope, dans l’utérus, dans le vagin, dans les ovaires et dans le col de l’utérus.

Quelles sont les causes principales de cette pathologie ?

Cette affection est souvent causée par une maladie sexuellement transmissible (comme le chlamydia et la gonorrhée, par exemple) ou par une bactérie, qui peut pénétrer dans l’organisme à travers :
  • Une grossesse
  • Une biopsie de l’endomètre
  • L’insertion d’un dispositif intra-utérin
  • Un avortement spontané, choisi ou thérapeutique

Qui peut souffrir d’une maladie inflammatoire pelvienne ?

Toutes les femmes peuvent être touchées par une inflammation pelvienne chronique. Cependant, les principaux facteurs de risque sont les suivants :
  • Des relations sexuelles non protégées
  • Une vie sexuelle intense, avec de nombreux partenaires
  • La transmission par le partenaire d’une maladie sexuellement transmissible
  • La contraction dans le passé d’une maladie sexuellement transmissible
  • Un début de vie sexuelle avant l’âge de 20 ans
  • L’insertion d’un dispositif intra-utérin
Qui-peut-contracter-une-maladie-inflammatoire-pelvienne-500x334

Comment cette pathologie se contracte-t-elle ?

La maladie inflammatoire pelvienne débute comme une infection vaginale, ou du col de l’utérus.
Si elle n’est pas traitée par la prise de médicaments antibiotiques, cette maladie peut s’étendre jusqu’à l’endomètre (c’est-à-dire jusqu’au revêtement de l’utérus), puis aux trompes de Fallope, aux ovaires, à l’utérus et à l’abdomen.

Quels sont les principaux symptômes de cette maladie ?

Lorsqu’une femme est touchée par une inflammation pelvienne chronique, elle peut souffrir de :
  • Douleurs dans la partie basse du ventre
  • Douleurs dans la zone inférieure du dos
  • Périodes menstruelles très longues (plus d’une semaine)
  • Menstruations excessives
  • Périodes menstruelles très douloureuses
  • Crampes abdominales
  • Saignements en dehors des périodes de menstruation
  • Sécrétions vaginales anormales
  • Fièvre
  • Nausées
  • Vomissements
  • Douleurs pendant et après les relations sexuelles
  • Douleurs pendant un examen gynécologique
  • Brûlures urinaires
  • Douleurs urinaires
  • Douleurs générées par une position assise
  • Frissons
  • Fatigue anormale
  • Sensibilité excessive du pelvis
  • Manque d’énergie
  • Mictions fréquentes
  • Absence de menstruation ou retard des règles
Dans des cas plus rares, les femmes développent une maladie inflammatoire pelvienne sans en présenter les symptômes.
Cependant, cette maladie se détecte lorsqu’elle provoque une grossesse extra-utérine, ou une stérilité définitive.
Symptomes-de-la-maladie-inflammatoire-pelvienne-500x334

Comment le diagnostic de cette maladie se réalise-t-il ?

Le gynécologue va demander une série de tests pour déterminer si sa patiente souffre d’une maladie inflammatoire pelvienne, ou d’une autre pathologie.
En règle générale, le médecin sollicite deux examens :
  • Un examen pelvien
  • Une prise de sang
Toutefois, le gynécologue peut également demander un sonogramme (un test radiologique sans radiation), pour rechercher d’éventuels abcès ou complications.
Il peut également solliciter une laparoscopie (un acte mineur de chirurgie, qui a pour but d’examiner les organes reproducteurs et d’établir un diagnostic définitif de la maladie).
Il est donc très important de réaliser des examens annuels complets, qui permettent bien souvent de détecter et de traiter à temps ce type de maladies gynécologiques.
Le frottis de dépistage (également appelé « test de Papanicolaou ») et la colposcopie peuvent être réalisés dès la première relation sexuelle.
Ce sont des tests simples, rapides et indolores, qui peuvent permettre d’éviter bien des complications futures.

Quel est le traitement le plus efficace contre cette pathologie?

En réalité, tout dépend du stade d’avancement de la maladie. Le médecin peut opter pour un traitement ambulatoire, ou il peut demander l’hospitalisation.
Dans la majorité des cas, il recommande une injection d’antibiotiques sur une période de deux semaines, puis un nouveau test à l’issue de cette période.
Si la patiente qui souffre de la maladie inflammatoire pelvienne est dans un état grave, elle sera hospitalisée et soignée à l’aide d’injections d’antibiotiques en intraveineuse, mais également par voie orale.
La cause de l’inflammation doit également être traitée, si la personne est touchée par un chlamydia ou une gonorrhée, par exemple.
Traitement-de-la-maladie-inflammatoire-pelvienne-500x333

La maladie inflammatoire pelvienne est-elle dangereuse ?

Si elle n’est pas traitée correctement, elle peut le devenir. 
Si par exemple un tissu cicatriciel se forme à l’intérieur des trompes de Fallope, cela peut causer des problèmes de fertilité, jusqu’à provoquer une stérilité définitive.
Si les trompes sont partiellement obstruées, la grossesse peut se produire à l’extérieur de l’utérus.
Si l’infection est très sévère, une chirurgie peut être réalisée pour retirer les tissus ou les organes touchés.

Comment peut-on prévenir cette pathologie ?

Que ce soit pour la prévenir ou pour l’éviter, vous devez suivre les conseils suivants:
  • N’ayez jamais de relations sexuelles non-protégées (sans préservatif).
  • N’ayez pas de relation sexuelles avec des personnes qui peuvent être infectées par une maladie sexuellement transmissible.
  • Limitez le nombre de vos partenaires.
  • Ne faites pas de douches vaginales ou de bains de siège, car cela peut favoriser la propagation de la bactérie à l’origine de la maladie.
  • Ne fumez pas.
  • Suivez à la lettre le traitement prescrit par votre gynécologue.
  • Faites très attention aux symptômes que nous avons évoqués.
  • Abstenez-vous d’avoir des relations sexuelles jusqu’à éradication complète de la maladie.
  • Exigez de vos futurs partenaires qu’ils effectuent un dépistage des maladies sexuellement transmissibles connues.
  • Faites des examens gynécologiques annuels.
  • Suivez un régime alimentaire qui renforce votre système immunitaire, et qui repousse les bactéries ou les virus.

Comment-prévenir-la-maladie-inflammatoire-pelvienne-500x334