Rechercher dans ce blog

Translate

abonnement gratuit par Email à médika ethno échoppe. entrer votre adresse mail

mardi 16 août 2016

Ces plantes qui nous soignent : le café (ier)

Ces plantes qui nous soignent : le café (ier)

Afficher l'image d'origineIl semblerait bien que consommé raisonnablement, le café soit une réelle source de bienfaits tamponnée et certifiée par le corps médical lui-même !
Explications :

Le café est-il vraiment bon pour la santé ?


Maladie cardiovasculaire

Comment une substance connue pour augmenter la pression artérielle peut-elle être bénéfique? Pour éclaircir ce paradoxe, il faut savoir distinguer le café de la caféine. Si l’élévation durable de la pression artérielle est bien observée avec l’absorption de la caféine, elle devient minime dans le cas d’une consommation de café qui, semble-t-il, apporte un effet protecteur compensant le risque cardiovasculaire. Parmi les causes avancées: la présence de composés antioxydants, qui limiterait l’oxydation des lipoprotéines de basse densité (LDL). Le café aurait également l’avantage d’abaisser le niveau de marqueurs inflammatoires [4,9].
Selon une méta-analyse, l’ingestion modérée de café sur plus de 10 ans est associée à une baisse du risque de maladie coronaire [5]. D’autres travaux suggèrent qu’une consommation quotidienne de 2 tasses de café en moyenne protège contre l’insuffisance cardiaque [10]. Enfin, une étude [11] présentée lors de la Heart Rhythm Society 2015 Scientific Sessions est venue ébranler le dogme qui, depuis longtemps, imposait aux patients souffrant d’arythmie cardiaque d’éviter la caféine. En effet, aucune corrélation entre l’absorption de la caféine et l’apparition d’extrasystoles auriculaires ou ventriculaires n’a pu être démontrée.
Dans un article publié dans l’édition internationale de Medscape, le Dr John Mandrola, a affirmé avoir modifié ses pratiques après cette étude. Selon lui, « c’est un retournement dont on peut se réjouir ».

AVC

Le café apparait également bénéfique sur la vascularisation du cerveau. Selon une méta-analyse de 2011 [12], une consommation quotidienne de 1 à 6 tasses de café réduit le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) de 17%. Dans une large étude prospective incluant près de 35 000 suédoises suivies durant 10 ans, ce risque est apparu réduit de 22 à 25% pour 1 à 5 tasses de café par jour [13]. En 2012, une autre méta-analyse présentée à l’European Meeting on Hypertension and Cardiovascular Protection, a rapporté de nouvelles données favorables, en montrant l’effet protecteur sur l’AVC, en population générale, d’1 à 3 tasses de café par jour [14]. En 2013, une nouvelle étude, portant sur plus de 80 000 adultes japonais, sans pathologie cardiovasculaire, montre que ceux qui ont bu régulièrement du café ou du thé vert, pendant 13 ans en moyenne, ont un risque d’AVC réduit de 20%, par rapport à ceux qui en consomme rarement [15].

Diabète

Même si le café tend à augmenter la pression artérielle, il semble améliorer  le syndrome métabolique, qui combine des facteurs physiopathologiques comme l’hypertension, l’hyperglycémie, des niveaux anormaux de lipides et l’embonpoint. Pour preuve : plusieurs études ont montré un lien entre une consommation régulière de café et une amélioration du métabolisme du glucose, une sécrétion accrue d’insuline et un risque significativement réduit de diabète [16-19].
Selon une étude à long terme, publiée en 2015, les buveurs de café sont moitié moins à risque de développer un diabète de type 2, comparativement à ceux qui n’en consomment pas, même en tenant compte du tabagisme, de l’hypertension artérielle et des antécédents familiaux de diabète. …/…

Cancer

A côté des nombreux aliments considérés comme potentiellement cancérogènes – notamment les sodas, l’alcool et la viande grillée – le café fait bonne figure, si on en croit les dernières données. Une consommation de café modérée, voire élevée, peut réduire le risque de divers cancers, dont les cancers de l’endomètre (plus de 4 tasses/jour) [22], de la prostate (6 tasses de café/jour) [23], de la tête et du cou (4 tasses/jour) [24, 25], du sein (plus de 5 tasses/jour) [28,29], le carcinome baso-cellulaire (plus de 3 tasses/jour) [26], ainsi que le mélanome [27]. Là encore, les propriétés antioxydantes du café, voire antimutagènes, sont avancées.

Neurodégénérescence

Outre son effet stimulant à court terme sur le cerveau, le café semble bénéfique sur les fonctions cognitives à plus long terme. Dans une étude de 2012, qui a suivi des patients atteints de troubles cognitifs pendant 2 à 4 ans, l’évolution vers la démence a pu être prévenue par des taux plasmatiques de caféine supérieurs à 1 200 ng/mL, un taux qui correspond à 3 à 5 tasses de café par jour [30]. De plus, une consolidation de la mémoire a été rapporté dans d’autres travaux en 2014 [31]. Par ailleurs, il a été démontré chez la souris que la caféine inhibe les enzymes impliquées dans la production de bêta-amyloide, dont l’accumulation est caractéristique de la maladie d’Alzheimer.
Concernant la maladie de Parkinson, l’effet neuroprotecteur du café est depuis longtemps suggéré. Une étude récente a notamment observé, chez les adeptes de la boisson, un polymorphisme accru du récepteur du glutamate GRIN2A, associée à une diminution du risque de maladie de Parkinson [32]. En outre, il a été suggéré que boire du café prévient la formation des corps de Lewy, signe de l’apparition de la maladie [34]. Un effet protecteur contre la sclérose en plaque a également été rapporté [33].

Dépression

Le café semble également bénéfique sur la santé mentale. En 2011, une étude a montré que les femmes buvant 2 à 3 par jour ont un risque de dépression réduit de 15% par rapport à celles qui boivent moins d’une tasse par semaine [35]. Pour les femmes qui boivent au moins 4 tasses chaque jour, le risque est réduit de 20%. Cet effet protecteur sur la dépression a été confirmé par une autre étude, plus récente [36].
…/..

Maladies hépatiques

Si le foie peut contrecarrer les effets du café, il peut aussi en bénéficier. Il semble en effet que le café ralentit la progression de la cirrhose chez les patients alcooliques ou atteints d’hépatite C. Il réduirait également le risque de carcinome hépatocellulaire [41-44]. En 2011, une étude a rapporté un lien entre une consommation de café et un risque réduit de stéatose hépatique non alcoolique [45]. Une fois que la stéatose est établie, une protection contre la fibrose hépatique est observée [46].

Autres pathologies

D’autres recherches ont aussi suggéré que le café soulage le syndrome de Gougerot-Sjögren (œil sec) en augmentant la production de larmes [47] et réduit le risque de goutte [48]. Il semble également protéger contre certaines infections, notamment par le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM). Une étude a en effet montré que les consommateurs de café avaient deux fois moins de risque de présenter des SARM dans leurs voies nasales [49]. Il n’est toutefois pas démontré que le café dispose d’une activité antibactérienne.

Quelques risques aussi…

A côté de ses nombreux avantages, le café présente également certains effets négatifs potentiels. Outre le risque d’hypertension, le café peut provoquer ou aggraver une anxiété, une insomnie, des tremblements et potentiellement augmenter le risque de glaucome [50]. Par ailleurs, il convient de rappeler que le syndrome de sevrage à la caféine est référencé dans la dernière édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM5) compte tenu de la sévérité potentielle des symptômes (céphalée, détérioration  des performances cognitives, anxiété…) [51].
Des recherches complémentaires restent nécessaires pour mieux évaluer les avantages et les inconvénients d’une consommation de café. Ceci dit, il apparait de plus en plus évident que reprendre une deuxième tasse n’est pas forcément une mauvaise idée.

CONCLUSION :

Absence de lien de causalité

Publiée en 2012 dans le New England Journal of Medicine, une vaste étude incluant plus de 400 000 personnes a révélé, après 13 années de suivi, qu’une consommation de 2 à 3 tasses de café par jour est associée à une baisse de la mortalité de 10%, toutes causes confondues [2]. En 2014, c’est dans l’American Journal of Epidemiology [3] qu’une importante méta-analyse suggère, pour sa part, un lien entre une consommation de 3 à 4 tasses de café par jour et une diminution significative de la mortalité toutes causes confondues, y compris pour la mortalité cardiovasculaire.
Il est important de souligner que, dans la plupart des cas, la mise en évidence d’un effet potentiel du café, de la caféine et de tout autre aliment ou nutriment ne permet pas d’établir de lien de causalité. En cause: la méthodologie des études observationnelles, qui peut apporter des résultats biaisés, en raison notamment du recours à des questionnaires.
Toutefois, l’accumulation des données suggérant une relation, souvent dose-dépendante, entre une consommation de café et plusieurs effets bénéfiques, laisse penser que le stimulant le plus consommé au monde a bien des répercussions positives sur notre santé.
Bret S. Stetka, MD  |  15 décembre 2015
Sources et références :  Medscape (édition abonnés)
http://francais.medscape.com/features/diaporama/33000110?nlid=93624_2401#page=1